La révolution industrielle et l’industrie du futur associées à un changement progressif des modes de consommation induisent un changement rapide des organisations. Ce processus impacte tous les secteurs d’activités. L’économie circulaire et la production responsable poussent, par exemple, les entreprises à un recyclage de matière usagée dans leurs propres cycles de production. Cela permet également de sécuriser les sources d’approvisionnement parfois mis à mal par les pénuries et hausses des prix matières (bois, métal, composants électroniques …). La réconciliation de la croissance et de l’environnement comme le précise le rapport lors de la COP22 est en marche dans de nombreuses industries.

De nouveaux modèles économiques

Au-delà des aspects écologiques notoires (voir nos rubriques Crisalide Eco-activité), il s’agit de repenser les modèles économiques et les organisations. Des initiatives locales apparaissent mettant en œuvre le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire et rapprochant, par exemple, les structures d’insertion et les entreprises industrielles. Cette transition touche tous les métiers de l’entreprise, de l’achat de matières première à la vente des produits et services en passant par la conception, voire l’éco-conception. Le changement met le plus souvent en relation des acteurs d’un même territoire dans un souci d’optimisation des flux d’énergies et de matières. L’innovation sociale et la collaboration locale sont des voies de diversification des activités et de pérennité des emplois sur le territoire.

Des organisations plus agiles et plus résilientes

Dans l’esprit du Lean Management, la recherche de performance, la réduction des coûts évitables dans la chaîne de valeur et l’amélioration permanente sont les maîtres mots des managers. Des sources de progrès, de flexibilité et d’efficience des activités doivent être recherchées pour rendre l’entreprise plus souple, plus agile et donc plus résiliente. Les stratégies sont repensées pour être plus souples et plus réactives impliquant, de plus en plus, les salariés dans les processus de décision.

Une reconstruction industrielle durable et responsable

Entre mondialisation et approche économique territoriale, les entreprises sont en pleine transition. Dans certains cas volontairement mais aussi parfois contraint par la crise COVID, les dirigeants saisissent des opportunités pour assurer l’avenir et les emplois. Une approche plus collaborative émerge où des entreprises complémentaires et locales s’associent pour créer une chaîne de valeurs plus robuste. La résilience, capacité à surmonter les chocs, est désormais ancrée dans les échanges internes à l’entreprise, dans les relations clients fournisseurs et dans les décisions prises au niveau des territoires. Dans une logique d’innovation, les salariés et les élus locaux attachés à la préservation de leur bassin de vie, seront de plus en plus enclin à participer activement à la mutation des activités industrielles.

L’industrie du futur pourrait donc, sous l’impulsion de cette nouvelle dynamique, se rapprocher rapidement des attentes des citoyens ; une production plus durable et plus responsable, une consommation plus raisonnée et respectueuses de leur environnement.

Sources :

Economie collaborative et circulaire, quel intérêt en matière d’écologie – Envirolex

La résilience nouveau mot d’ordre des dirigeants d’entreprise-Les Echos

Fonder une industrie contributive et résiliente -La Fabrique

Voici venu le temps de la résilience et de l’adaptabilité – Institut Lean France

Action industrie collaborative lancement d’un catalogue de ressources et d un film – economiecirculaire.org