N2C est l’une des pépites du tissu industriel breton.
PME positionnée sur le remanufacturing de machines-outils, N2C « rétrofite » notamment de vieilles plieuses, poinçonneuses et autres machines découpe laser. Une offre déjà vertueuse pour ses clients qui, avec la connectivité, prend une dimension nouvelle. Elle ouvre la voie à un tournant majeur du modèle d’affaires de l’entreprise.

En effet, connecter des machines outils dont certains souhaitent se ‘débarrasser’ pourrait interpeller : projeter des bâtis de veilles machines dans l’industrie 4.0 ne va pas de soi.

Les marches du produit aux services

Mais si ce sont les qualités des outillages et de l’interface Humain Machines qui font la valeur du produit. Alors c’est bien la connectivité qui fait celle des services.

En utilisant l’image de l’escalier des services (cf. travaux du Groupe de recherche sur les services avancés de l’Aston Business School), connecter les machines est la clé de la transformation des modèles économiques pour générer des revenus avec une offre de services. C’est l’une des étapes clés d’une transformation qui marque la fin d’un business model basé sur la vente de produits et du SAV.

 

 

Etes-vous prêt.e.s pour relever ce défi et enrichir votre offre produit avec des services ?

D’une part, les dirigeants de N2C se préparent à (mieux) répondre aux attentes de leurs clients en termes d’intégration d’outils de production dans un écosystème connecté. Les industriels augmentent le parc de machines connectées, notamment pour piloter leur performance opérationnelle.

D’autre part, c’est aussi une stratégie de diversification : une nouvelle offre aux clients actuels, une nouvelle offre pour capter de nouveaux clients. Les machines connectées permettent de collecter les données d’usages, de réaliser des diagnostics à distance, des mises à jour de couches logicielles sans déplacement (OTA)…

Inspiré par L’Usine Digitale (21/10/21)