Comment les entreprises abordent-elles leurs approvisionnements en 2022 ?

, ,

Après avoir interrogé 893 entreprises fin 2021, le cabinet AgileBuyer dresse l’état des lieux des tendances et priorités des Départements Achats en 2022.

68% des entreprises se disent confrontées à des problématiques de pénuries. En tête de ces pénuries : les métaux, les matières premières (hors métaux et chimie) et l’électronique. La majorité des secteurs d’activités sont touchés, notamment l’automobile, la mécanique/ métallurgie-équipements-meubles et le textile.

Les Départements Achats deviennent plus stratégiques que jamais au sein de l’entreprise. Si la réduction des coûts fournisseurs reste un objectif prépondérant, ce n’est pas le principal objectif pour 45% d’entre eux. En période de rareté des matières premières, la sécurisation des approvisionnements et la gestion des risques fournisseurs priment.

 

Réduire les coûts fournisseurs

Parmi les pratiques destinées à réduire les coûts fournisseurs, la négociation, la revue du besoin, la mutualisation/globalisation et le changement de fournisseurs sont les plus répandues. Les engagements sur les volumes arrivent en 5ème position, progressant significativement (31% des entreprises interrogées en 2022 vs 22% en 2021). Ils permettent aux entreprises de sécuriser leurs approvisionnements tout en bénéficiant d’économies d’échelle. Enfin les relocalisations/achats locaux en vue de réduire les coûts progressent de 4 points sur 2022 pour atteindre 14% des entreprises.

Rééquilibrer les relations avec les fournisseurs

82% des directions d’achats ont des relations déséquilibrées avec certains fournisseurs en 2022 alors qu’elles n’étaient que 39% en 2021. Hausses des prix, rallongement des délais de livraison, menace de ruptures d’approvisionnement sont les principaux mécanismes mis en œuvre.

Pour rétablir un équilibre de relation, les entreprises entendent sécuriser leurs approvisionnements notamment par leur diversification géographique (USA/Asie vs Europe) et la gestion des Risques Fournisseurs.

Relocaliser en Europe

Les directions achats seront amenées à relocaliser par opportunités (contexte de crise, géopolitique) plus que par volontarisme. Ainsi, seules 18% des entreprises interrogées travaillent activement sur des relocalisations en France.  Toutefois, 61% des directions achats considèrent le Made In France (ou achats locaux) dans leurs critères d’achats contre 47% en 2021.

Réduction de l’impact carbone et créations d’emplois ne sont plus les principales raisons de la décision d’acheter local. C’est aussi et surtout l’assurance de la disponibilité des matières.

Certaines ne peuvent toutefois pas être produites en France, freinant ainsi 30% des répondants à l’étude AgileBuyer dans leurs achats locaux.

 

Sources : https://agilebuyer.com/wp-content/uploads/2022/01/Etude_AgileBuyer-CNA_TendancesAchats_2022_220111_w.pdf