La crise sanitaire va-t-elle accélérer les transitions dans les entreprises ? Pour beaucoup de Dirigeants interrogés, la crise sanitaire va impacter en profondeur l’organisation de leur entreprise. De fait, cette crise va accélérer les transitions en cours ou émergentes. Cependant, comme dans tout changement, une analyse des risques et une planification des chantiers stratégiques sont indispensables. A l’instar des dispositifs Crisalide Industrie, un accompagnement des Dirigeants d’entreprise peut s’avérer utile dans cette période mouvementée. Au-delà d’une aide pour élaborer une nouvelle stratégie, le support d’un manager de transition est parfois prépondérant.

Les transformations sont de natures différentes selon le contexte, le marché et les capacités de l’entreprise. Elles gravitent, aujourd’hui, autour du numérique, de la diversification des activités et des nouveaux modes d’organisation.

La transformation numérique

La transformation numérique est engagée depuis nombreuses années. Pour la plupart des entreprises, des chantiers de transformation sont en cours de réalisation. Mais dans cet épisode pandémique, il s’agit aussi d’anticiper les éventuelles prochaines crises. Au-delà d’une révolution technologique autour des outils informatiques il s’agit, ici, de conduire réelle une transformation numérique. Cette transformation des us et coutumes des collaborateurs implique un accompagnement des équipes vers le changement. Selon bon nombre des Dirigeants, cela nécessitera une dotation massive de moyens pour faire évoluer les pratiques et les outils. Le plan de relance fait apparaitre un de ces leviers, notamment celui la couverture numérique du territoire national. La pression du télétravail a également poussé les organisations à se reconfigurer pour une flexibilité accrue. Une organisation obligatoire pendant cette période de crise mais qui devrait, en partie, perdurer au-delà.

La réingénierie des processus

La transformation numérique ne peut s’appliquer seule. Une réorganisation des processus clé de l’entreprise est souvent concourante, induisant un changement inévitable pour les collaborateurs. Les risques de démotivation et de désengagement sont inévitables dans ce contexte traumatique. Le dialogue social et l’implication des salariés dans les projets devraient réduire les risques de perte de repère ou de productivité. Des méthodes agiles et de gestion de projets collectifs prennent alors tous leurs sens pour déployer une nouvelle stratégie, plus souple et plus flexible. L’ère post pandémie sera propice aux méthodes de travail hybrides, alliant télétravail et période présentielle.

Nouveaux business models

En dehors des changements internes et propres à chaque organisation, des mutations profondes des marchés et des comportements des consommateurs sont en marche. De nouvelles formes d’innovation commerciale apparaissent et de nouveaux partenariats se créent pour résister ou s’adapter aux nouvelles contraintes du marché. Les transitions, du produit vers le service, adossées à la digitalisation transforment les usages et les comportements des consommateurs. Une économie plus résiliente, liée le plus souvent au développement durable, se met progressivement en place. Ces tendances auront naturellement un impact sur la reprise économique et sur la stratégie des entreprises.

Les marchés s’adaptent à la crise sanitaire. La culture des entreprises est en cours d’évolution vers plus de collaboration et de flexibilité. La révolution numérique s’intensifie. Les dirigeants et managers doivent désormais assurer la continuité des activités en mobilisant l’ensemble des ressources de l’entreprise. Un mode de management basé sur la confiance, la définition d’objectifs précis et la mesure des résultats.

 

Sources  :