Et si la techno permettait de survivre au low-cost ? C’est ce pari que de nombreuses filières industrielles françaises ont tenté au cours des dernières décennies. Nous vous proposons de nous intéresser aux industries des Equipements de Protection Individuelle (EPI). Évoquer l’industrie des EPI à l’heure du confinement peut sembler « accessoire », mais le succès rencontré par ces acteurs se révèle riche en enseignements au-delà du seul mantra de la « montée en gamme ».

Si cette crise nous rappelle crûment notre dépendance aux usines du sud-est asiatique, on peut se réjouir que les acteurs européens de ce marché aient déployé des trésors d’énergie et d’inventivité pour rester présents sur leurs marchés.

La seule norme ne peut suffire à protéger l’industrie

Equipements de Protection Individuelle Obligatoire

Les EPI des outils de travail indispensables par planet_fox de Pixabay

 

Laminés par les fabrications à bas prix, ces industriels ont d’abord fait le siège des pouvoirs publics pour protéger leurs outils industriels et les emplois associés. Cette approche réglementaire n’était qu’une façon de gagner du temps et de leur donner un peu d’air (et donc de trésorerie) pour reconcevoir leurs offres et conserver la confiance des clients.

Ce profond travail a nécessité de replacer les usages, les usagers et les clients au cœur de la proposition de valeur des acteurs des EPI.

 

 

Quoi de moins high tech qu’une paire de gants ou un casque de protection?

En effet, un EPI est un produit très standard, basique pourrait-on dire. Un produit difficile à défendre face à des concurrents bénéficiant d’une compétitivité par les prix redoutable.

Et c’est le numérique qui a permis de créer des leviers de différenciation !
Notamment les industriels se sont interrogés sur la notion de protection à l’heure des objets connectés. Fondamentale au sens propre, la protection s’élargit avec équipements connectés, permettant de rendre de nouveaux services utiles et concrets aux clients.

Loin du gadget, ce sont de véritables EPI high tech valorisant ainsi l’un des savoir-faire clés de ces industriels : l’expertise en termes de réglementation du travail, qui permet en jouant les objets connectés (aujourd’hui une commodité abordable) de développer des vestes remplissant à la fois des critères de résistance aux faibles températures, de sécurité et de contrôle du bien-être des opérateurs.

D’après Les fabricants réinventent les équipements de protection – Les Echos, le 10/01/20

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .