On a déjà évoqué ici les enjeux de l’industrialisation du bâtiment. Elle prend une place croissante sur le marché de la construction et de la rénovation. Des industriel·le·s semblent écrire les premières pages d’une nouvelle ère manufacturière.

Au-delà de la construction d’hôpitaux en quelques jours à Wuhan, les réalisations des entreprises chinoises nous invitent à changer de regard quant à cette tendance.

Il y a à la fois une sidération face à une élévation aussi rapide. des doutes quant aux impacts ou la durabilité d’une telle approche. Pourtant… et si nous adoptions cette approche, quelles inspirations pourraient animer les acteurs français ?

Le bâtiment, nouvelle vocation industrielle pour les territoires ?

Les politiques publiques en faveur de la réindustrialisation ont vocation à faciliter l’accès à du foncier voire du bâti industriel pour ce type de projets.

C’est l’un des piliers de l’offre du Pôle d’Excellence Industrielle La Janais portée par Rennes Métropole et ses partenaires. D’ores et déjà les surfaces libérées par Stellantis (ex-PSA) accueillent B3EcoDesign (groupe Eiffage) et Tessa Industrie (groupe Réalités). Ces deux entreprises sont des acteurs de la préfabrication de logements et de bâtiments tertiaires. Elles ont su mettre en œuvre des approches industrielles et prendre rang sur des segments de marché cohérents avec leurs propositions de valeur.
Autre exemple de cette stratégie, près de St-Brieuc, où les équipes d’e-Loft occupent une partie de l’ancienne usine amirale de Chaffoteaux & Maury.

Nouvelles vocations, nouvelles compétences

Les expériences des pionniers français de la préfabrication de solutions de construction et de rénovation nous éclairent aussi sur notre capacité collective à réindustrialiser les territoires.

Une histoire vosgienne met en perspective les enjeux rencontrés par les pionniers bretons de la préfabrication. Les organisations professionnelles du bâtiment pointent de longue date les enjeux de l’attractivité décroissante des métiers du bâtiment. Elles regrettent que le bâtiment, activité dite « non-délocalisable », voit une partie de la création de valeur échapper aux territoires. L’organisation actuelle des chantiers ne permet pas de l’assurer. Industrialiser la création de solutions de construction ou de rénovation devient alors une formidable opportunité. C’est un levier pour mettre en avant de nouvelles conditions de travail, imaginer de nouvelles carrières mais aussi ancrer la Valeur sur nos territoires.

Ainsi les ancien·ne·s salarié·e·s du groupe SEB n’assemblent plus des grille-pain. Ces dernier·e·s font des sandwiches destinés à être assemblés pour élever de nouvelles constructions. Ossabois met en avant le parcours d’anciennes salariées. A présent elles exercent leurs compétences, valoriser leurs savoir-faire pour fabriquer de nouveaux produits industriels du quotidien : des logements !

Enfin, pour Ossabois comme pour les aventures industrielles bretonnes, le recours aux méthodes manufacturières « classiques » sont ainsi des clés de la viabilité et de la performance des offres comme des entreprises.

Inspiré par :

Le JDE, Le groupe Réalités intègre la construction hors site avec la reprise du rennais Tessa (juin 2021)

Ossabois, le métier de référente technique (consultée le 23/07/21)

Hors-Site, Histoire insolite d’une reconversion réussie (août 2020)