L’industrie 4.0

La 4ème révolution est en marche. Il ne s’agit plus uniquement de transformer les procédés de fabrication vers plus d’automatisation. Il s’agit surtout de rendre plus performant l’ensemble des processus touchant à l’outil de production. Les flux d’informations sont de plus en plus maîtrisés avec des outils informatiques et des objets connectés. L’acquisition de données numériques et le partage de ces données par toute la chaîne de valeur rend plus performant et plus agile l’outil de production. L’organisation en « Big Data » donne des informations pertinentes pour prendre des décisions en temps réel. Toutes les activités sont impactées par cette évolution : la chaîne logistique globale, la relation clients, la maintenance opérationnelle entre autres.

La maintenance prédictive

Chacun sait que la maintenance curative ne peut être suffisante pour garantir la performance de l’entreprise industrielle. Attendre la panne machine et, par conséquence l’arrêt de production inopiné, impacte dangereusement la rentabilité des activités industrielles. A l’opposé, la maintenance préventive et le changement des pièces détachées bien avant leur fin de vie théorique permet aisément de maintenir un niveau de production nominal. Cependant, le remplacement des pièces a un coût important et surtout un impact écologique fort. Des équipements sont précocement remplacés et mis au rebut. Egalement, le défaut de maintenance concernant les circuits de fluides, eau, air, gaz…engendre des coûts et des surconsommations énergétiques très souvent sous évalués. Les impacts économiques et écologiques peuvent donc être réduits significativement par une bonne maintenance prédictive. Mais quelle maintenance prédictive choisir ?

Equipements 4.0 vs Inspections périodiques

Il existe plusieurs typologies de maintenance prédictive. Toutes sont destinées à améliorer la performance de processus industriel. Cette maintenance peut se traduire par un investissement matériel dans des capteurs connectés et donc par une numérisation de la surveillance des équipements. Les données collectées par les capteurs peuvent être analysées par des systèmes informatiques. Le traitement de données donne ainsi des informations quant à l’usure, la diminution des performances ou la proche défaillance d’un système. Elle peut aussi se traduire par des inspections périodiques par un expert, doté d’outils de mesure de hautes technologies comme les analyses vibratoires, la détection ultrasonore, la mesure d’ondes de choc ou la thermographie infrarouge. C’est le cas d’un candidat de la 13 session de Crisalide éco-activités. MPS Maintenance Prédictive Service a fait le choix de proposer une expertise multi techniques à ses clients pour réduire les défaillances et les impacts écologiques.

Comment déterminer sa maintenance prédictive ?

Le choix dans la méthodologie dépend du contexte de l’entreprise, de ses capacités d’investissement, des risques opérationnels ou organisationnels à maîtriser. La formation et les compétences des collaborateurs dans la maîtrise de cette maintenance émergente est un facteur important dans la réussite. Il convient donc, en amont d’une décision, de procéder à un diagnostic précis des enjeux techniques, humains et à une évaluation du retour sur investissement.

L’industrie du futur, dans un souci de compétitivité et de pérennité, se doit donc d’intégrer les notions de maintenance prédictive dans sa stratégie. En tout état de cause, d’un point de vue écologique, une maintenance prédictive, quelle que soit sa nature, est indispensable.