visuel engagement réparabilité SEB

SEB : acheter c’est bien, louer c’est mieux ?

Au sein du monde de l’industrie, la 2CV et SEB sont parmi les références culturelles classiques des formations à l’analyse fonctionnelle et au design.

visuel engagement réparabilité SEBEn effet les lignes de produits développées par SEB ont au cours des Trente Glorieuses conquis de nombreux foyers avec une promesse de simplicité d’utilisation et de gain de temps pour la préparation des repas.

Mais face à la concurrence de produits à bas coût et d’industriels adoptant des stratégies d’imitation, la seule course à l’innovation ne peut suffire notamment pour assurer les investissements marketing nécessaires au lancement d’un ‘appareil culinaire’. SEB cherche donc à déplacer le terrain de la compétition en explorant de nouveaux modèles économiques.
En pionnier SEB prépare la transition d’un modèle de vente de ‘fonction’ à un modèle d’économie de la fonctionnalité.
En effet, en association avec Monoprix, SEB éprouve une nouvelle fois ce business model, après une première expérimentation à l’échelle de la métropole de Dijon, c’est à présent testé à l’échelle d’arrondissements de l’ouest parisien.

Parmi les enseignements attendus, on peut anticiper que les équipes de SEB souhaitent :
– confronter cette offre de location aux attentes et comportements de consommation, la sensibilité prix n’est sans doute pas la seule inconnue de l’équation ;
– éprouver ce nouveau service, les challenges logistiques notamment le lavage des appareils font partie des conditions de succès commerciaux ;
– prendre un coup d’avance sur le volet réparabilité de ses produits alors que les services après-vente présentent le profil de relais de croissance et que l’affichage de l’indice de réparabilité pourrait changer la donne en termes de critères d’achat ;
– et enfin dans un contexte d’émergence de pure players de la location et de l’abonnement (Zilok et consorts) ou de diversification des leaders de la distribution (Amazon, Boulanger et son offre Lokeo), SEB met en place une stratégie qui doit lui permettre de réduire le risque de réintermédiation de son activité, autrement dit de captation de la valeur par de nouveaux acteurs.
Observer l’aventure SEB avec Eurecook nous ouvrirait un hublot sur le futur de l’industrie.

Guillaume Ménard, conseiller Innovation – CEEI Créativ

D’après Les Echos (le 19/10/18) et Novethic (le 14/11/18)