De l’externalisation de la fabrication dans les pays à bas coûts dans les années 2000 pour démocratiser le bijou à la relocalisation en France pour plus de services.

Bijoutier haut de gamme de la place Vendôme, l’entreprise se lance en 2002 dans un projet qui vise à démocratiser la bijouterie en utilisant les recettes de l’industrie textile : externalisation de la production en Asie (à 80%) et multiplication des collections. En 10 ans, l’entreprise multiplie par 10 son chiffre d’affaire.

Mais en 2014 la recette fonctionne moins, et l’entreprise entreprend le chemin inverse. La production est ramenée en France et en Europe nécessitant un travail minutieux de sélection de joailleries. Si le made in France est un argument ayant grandi pour la clientèle, c’est avant tout le service qui motive la décision : des délais de livraison réduits de moitié, des délais de SAV divisés par 4, des stocks réduits, la possibilité de lancer de nouveaux produits rapidement.

Certes Mauboussin achète ces bijoux 20% plus chers, mais a gagné en agilité, qualité jugée clé par le dirigeant, tout en compensant le différentiel de prix d’achat.

Source : Pourquoi Mauboussin rapatrie sa production en Europe

 

Franck LAMIRE