L’innovation développée par Toyota est riche d’enseignements… On (re)découvre Toyota à travers sa capacité à développer des actifs technologiques qui dépassent le seul marché automobile.

Primo. Toyota est aussi une entreprise de haute technologie.

Le groupe japonais est mondialement connu pour la Toyota Way ou le TPS, le système de management de la Production référence.

Pourtant, au regard des produits mis sur le marché par Toyota, la technologie est au cœur de sa stratégie d’innovation. L’hybride au tournant des années 2000, l’hydrogène et les véhicules autonomes demain ?

Mais le saviez-vous ?
La nébulisation, cette brume qui protège les fruits et légumes sur les étals des grandes surfaces, est née d’un savoir-faire développée par Toyota. Imaginée par les ingénieurs du groupe, cette technologie était destinée à refroidir l’habitacle des véhicules.

Secundo. La peinture point critique de l’industrie automobile.

La peinture est le premier signe de qualité d’une automobile. C’est le premier vecteur de personnalisation des véhicules, le terrain de jeu des artistes de l’industrie automobile. Essentielle pour la vente de véhicules neufs, une peinture en bonne état l’est plus encore pour limiter la décote sur le marché de l’occasion.

C’est donc un challenge essentiel pour les constructeurs : délivrer une peinture dont la qualité d’aspect est irréprochable, stable dans le temps, avec un impact environnemental le plus bas possible.

On a pu lire que le groupe Volkswagen à travers Audi a massivement investi pour proposer des véhicules bicolores sans dégrader son excellence opérationnelle.

Alors, voir Toyota développer un nouveau robot de peinture High Tech, les  premières promesses de l’atomisation contrôlée par l’électricité statique aiguisent notre curiosité !
La réduction du gaspillage de matière et d’énergie, elle permet d’utiliser le juste nécessaire. Toyota va ainsi abandonner progressivement des process à air comprimé particulièrement peu efficients. Moins de consommation signifie moins d’émissions de Composés Organiques Volatils (COV) et moins de consommation d’eau. Toyota attend donc une réduction des impacts sur la santé et l’environnement de ses activités. Or, les contraintes économiques, réglementaires et sociétales s’accroissent particulièrement pour ces questions.
Dans un contexte de quête à la compacité des bases industrielles, cette nouvelle technologie se présente comme moins gourmande en surface, plus compacte.

Tertio. Un processus qui cristallise les enjeux de l’industrie (du futur).

Enfin, ce process est certainement aussi conçu pour répondre aux enjeux qui traversent l’industrie automobile et ceux de Toyota en particulier :

  • Réduire la contradiction entre production de l’unitaire en série et excellence opérationnelle.
  • Garantir la qualité de finition de véhicules de plus en plus complexes et personnalisés.
  • Accroître la flexibilité de l’organisation industrielle quand la diversité des véhicules s’accentue.

D’après Le Moniteur Automobile, Toyota : peinture et électricité statique (le 17/03/20)

Nota : j’en profite pour saluer « notre » artiste des ateliers de peinture automobile parti relever de nouveaux défis industriels 😉

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .