Pourquoi la courbe d’apprentissage est essentielle…

… pour mener à bien une diversification ?

Souvent, l’industrie automobile est considérée comme le mètre étalon de la performance industrielle. Les majors de l’automobile sont en capacité d’adresser un marché global. Les produits commercialisés sont personnalisés en très grande série.

Or, cette industrie affronte aujourd’hui de nouveaux challenges complexes. L’horizon à moyen terme : produire des solutions décarbonées de mobilité. Ce qui a pour conséquence, des changements de métier et d’organisation industrielle.

2015, premier jalon d’une nouvelle ère industrielle ?

Dans ce contexte Volkswagen ou PSA entrent dans un monde d’incertitudes. Jusqu’en 2015, le marché automobile reposait sur une certitude. La motorisation diesel était le socle de la puissance industrielle des acteurs européens.

Ici [A Salzgitter, en Basse-Saxe], Volkswagen a produit
plus de 60 millions de moteurs à combustion
Les Echos

Cependant, les mésaventures de Tesla nous enseignent au moins deux éléments.

  1. Devenir un industriel ne s’improvise pas.
    S’appuyer sur une technologie séduisante et la puissance marketing du web ne suffisent pas.
  2. Aucun acteur n’avait jusqu’alors produit autant de voitures nativement électriques tout en maîtrisant la fabrication de batterie.

2019, dernier pilote avant la production
en très grande série ?

Si beaucoup ont moqué les structures provisoires installées par les équipes Tesla pour monter en cadence : les « tentes d’Elon ». Néanmoins, on voit de nombreux constructeurs créer des petits ateliers agiles pour mettre au point le montage de nouveaux modes de propulsion. En attendant une Gigafactory VW-Northvolt, Volkswagen met à profit la baisse de régime de son usine historique de moteur. Un atelier d’assemblage de batterie y est installé.

Cette ligne pilote semble particulièrement adaptée :
– à la cadence encore limitée des livraisons de véhicules électriques badgés VW ;
– et à la mise au point d’un nouveau procédé voire métier au sein du groupe.

De nombreux travaux explorent les liens entre stratégie et courbes d’apprentissage. Depuis le lancement de la Ford T et les balbutiements de l’industrie aéronautique.
Que nous apprend cette littérature ?
On peut mener une stratégie ambitieuse de capitalisation des gains sur la courbe d’expérience pour prendre le leadership d’un marché. Cela suppose d’investir avec pour ambition de recueillir les fruits à moyen terme.

Courbe d'expérience

Stratégie et optimisation des gains de la courbe d’expérience

Or cela nécessite, comme pour Volkswagen, d’avoir une vision stratégique claire de sa trajectoire de développement. En effet, VW veut devenir le leader de la mobilité électrique à court terme. Dépasser significativement les volumes produits jusqu’alors par Tesla et les autres pionniers.

Mais, cela suppose aussi d’avoir déployé les moyens financiers permettant à l’entreprise d’être en capacité de développer de nouveaux savoir-faire et d’attendre la maturité des relais de croissance qu’elle a identifiés.

D’après Les Echos , « A Salzgitter, Volkswagen convertit son usine de moteur aux batteries lithium-ion » (le 24/09/19)

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .